Comment survivre à la ménopause

Chez certaines femmes, le périnée résiste très bien aux changements hormonaux et aux impératifs physiques qui accompagnent la grossesse et l’accouchement ; et ce n’est que vers quarante, ou cinquante ans qu’elles découvrent les petits désagréments que sont les fuites urinaires. Chez certaines femmes, l’incontinence urinaire est l’une des manifestations de la ménopause. Mais rassurez-vous : vous n’êtes pas la seule. 

À la ménopause, les ovaires arrêtent de produire de l’œstrogène, hormone responsable non seulement des menstruations, ou règles, mais également de la santé de la vessie et de l’urètre : en effet, les muscles du périnée qui entourent la vessie ont besoin d’œstrogène pour rester toniques. La diminution du niveau d’œstrogène au cours de la ménopause entraîne une perte de tonicité du périnée, donnant lieu à des fuites urinaires involontaires. 

À la ménopause, certaines femmes souffrent d’incontinence d’effort ou d’incontinence d’urgence (ou incontinence par impériosité). Au début, on ne s’en préoccupe pas vraiment, on utilise des protections, des serviettes hygiéniques, on fait en sorte de ne jamais être trop loin des toilettes. Toutefois, contrairement aux bouffées de chaleur, l’incontinence urinaire qui apparaît à la ménopause ne passe pas. 

Vous ne devriez en aucun cas traiter avec désinvolture ces « petits » désagréments, qui ne disparaissent d’eux-mêmes que dans des cas très rares et tendent plutôt à s’aggraver avec le temps, à interférer dans votre vie professionnelle et sociale, dans vos relations intimes et interpersonnelles.

 

Chez plus de 50 % des femmes, la ménopause s’accompagne d’incontinence urinaire.

Quelques conseils pour reprendre le contrôle de votre vessie : 

  • Buvez suffisamment d’eau
    Se déshydrater, en plus de tous les petits embarras de la ménopause, n’arrangera rien. Continuez de boire la quantité d’eau journalière recommandée. Évitez les autres boissons telles que thé, café, alcool et sodas, qui tendent à solliciter la vessie.
     
  • Faites de l’exercice régulièrement
    Les fuites urinaires ont tendance à décourager de faire du sport : mais il est important de garder un poids équilibré en menant une vie saine et en restant active. En fonction de la gravité de vos symptômes, vous pouvez faire des activités plus douces, comme le yoga, le Pilates, ou encore marcher ou faire de la musculation.
     
  • Tonifiez les muscles de votre périnée
    Le secret, pour réduire l’incontinence urinaire, est de tonifier les muscles pelvi-périnéaux grâce à un traitement par Innovotherapy. Innovotherapy stimule précisément les muscles du périnée, et vous observerez une nette amélioration dès quatre semaines d’utilisation. Vous saurez que ça marche car vous sentirez vos muscles travailler. En utilisant le dispositif INNOVO® 5 fois par semaine à raison de 30 minutes par jour, vous tonifierez votre périnée, traiterez la cause de votre problème d’incontinence et obtiendrez des résultats en tout juste 4 semaines.1

1) Soeder S, Tunn R. (2012) - Neuromuscular Electrical Stimulation (NMES) of the Pelvic Floor Muscles using a Non-Invasive Surface Device in the Treatment of Stress Urinary Incontinence (SUI); A Pilot Study. IUGA Poster Presentation Conference, Dublin, Ireland (2013).